Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

C’est de la parole, quelque chose dans lequel le sujet, celui qui parle, trouve ses mots dans le présent du film. Le discours, c’est un truc qu’on sort du frigo. C’est ce qu’on a à dire. C’est le programme politique, c’est la thèse. Tout ça, c’est important mais ça ne fait pas du cinéma.

Denis GHEERBRANT, A propos de La république de Marseille, entretien réalisé par Radio Grenouille le 11 juin 2009

Citation

Editorial

Editorial

Entre cinéma et quotidien, documentaire et fiction,
raconter le monde tel qu’il nous arrive.
Bienvenue.

Derniers articles

  • 16 Jacques Duez : ne pas faire du journalisme

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 7 septembre 2010 par Emmanuel Massart

    Je fais plus ou moins régulièrement des séminaires à Liège, avec des étudiants, invité par un prof en psychopédagogie… Il me demande d’aller présenter mon boulot et j’aime bien parce que tu as des questions et parfois des mauvais coucheurs. Des gens sont méfiants ou doutent de ton honnêteté. J’aime bien de rencontrer et discuter. Mais ce n’est pas dans un souci de vouloir pérenniser ce que je fais… Non, vraiment pas.

  • 15 Jacques Duez : l’univers infini des personnages

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 7 septembre 2010 par Emmanuel Massart

    Des montages constitués, j’en ai peut-être trois cents que je suis occupé tout doucement à numériser, d’ailleurs. Ce que j’aimerais faire, ce serait après avoir fait ce travail de reprendre les rushs jamais regardés. Je sais qu’il y a des choses intéressantes. Dernièrement, je suis tombé sur une vieille archive dont je ne me souvenais plus. L’idéal serait de bien répertorier par thème et par individu, en s’appuyant sur certaines personnes singulières.

  • Page 18 : Documentaire sonore « Les travaux du berger »

    Rubrique Quartier de Sainte-Walburge : journal de travail
    Le 1er août 2010 par Lionel Ravira

    Suite à mes errances à Sainte-Walburge, je vous propose ce petit documentaire sonore consacré à Dominique, le berger du terril de la Batterie.

  • 14 Jacques Duez – sauver sa peau face au pouvoir

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 30 avril 2010 par Emmanuel Massart

    Si tu es honnête avec toi-même : on n’arrête pas de mentir. On n’arrête pas de dire le vrai tel qu’on se le représente. On essaie toujours de trouver des raisons,… On trouve de bonnes raisons ! On ne veut pas mentir à l’autre parce qu’on ne veut pas lui faire de la peine. Enfin, tout ça est toujours bien intentionné, en général. J’ai fait avec les enfants un travail sur le mensonge. C’est nécessaire de mentir. Tous les enfants disent : « Oui, pour sauver sa peau. » « Donc, on ment par nécessité. » « Il y a des moments où on doit mentir sans quoi on reçoit des douilles, on est puni. »

  • 13 Jacques Duez – les problèmes des retrouvailles

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 30 avril 2010 par Emmanuel Massart

    Un des projets que j’ai aujourd’hui serait de remontrer un document ou deux avec certains anciens élèves comme Bertrand et de le filmer pendant qu’il regarde pour recueillir ses commentaires. Naturellement, il y a toujours énormément de plaisir et parfois un peu de gêne de ce qu’il a pu raconter, surtout à propos de ses amours. Il trouvait que le mariage était une hypocrisie. Il disait : « Allez, viens pas me dire que tu vois une belle fille, que tu n’as pas envie ! Et raconte pas d’histoire. » Il revoit ces images ado, avec sa copine… « Moi si je vois une fille bonne alors que ma copine est là, je la quitte et je m’en vais avec l’autre. »

  • 12 Jacques Duez – le plaisir des vraies questions

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 17 avril 2010 par Emmanuel Massart

    Un gosse a dit, un jour : « Mais, au fond, avec toi, on n’a rien appris, Jacques. Allez, qu’est-ce qu’on a appris ? » N’importe quel instituteur dirait : « Catastrophe ! Et il dit ça devant tout le monde ! » Mais oui, moi, je suis content de ne t’avoir rien appris. Parce que tu crois que tu n’a rien appris, c’est vrai. Mais tu as peut-être appris à réfléchir sur ce que tu savais. Parce que tout le monde a des savoirs, mais tout le monde n’interroge pas ses savoirs. Au fond, j’ai tenté de faire ça.

  • 11 Jacques Duez : les rencontres avec des artistes

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 17 avril 2010 par Emmanuel Massart

    Il y avait Sandro également, ce fameux Sandro qui ne croyait absolument rien de ce que disait Bury. Il le regardait, l’air de dire : « Tu as menti ! » Il reposait des questions pour savoir si réellement… « Et les ouvriers, là, pourquoi est-ce qu’ils ne signent pas parce qu’après tout, c’est les ouvriers qui font toutes tes sculptures, pourquoi ils ne signent pas ? »

  • 10 Jacques Duez : l’existence de ceux qui ont la parole

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 2 avril 2010 par Emmanuel Massart

    La littérature en pédagogie, ce sont des gens qui parlent à la place des enfants ou à propos des enfants. Mais ce ne sont pas les propos d’enfants. La majorité, enfin le discours majoritaire, c’est le discours d’un savoir. Souvent, on ne leur demande pas leur avis. C’est comme si un enfant n’a pas droit à une parole et à pouvoir dire le monde tel qu’il se le représente.

  • 09 Jacques Duez : paroles de proximité, paroles populaires

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 2 avril 2010 par Emmanuel Massart

    C’est ce que j’aime avec les télévisions de proximité. Quand ça passe à la RTBF, ça prend des dimensions, ça m’emmerde… A la RTBF, pour des tas de raisons, ça doit passer avec un réalisateur, et on va tout réorganiser, on va tout… Tu comprends, on va faire un document, un beau gros document de cinquante minutes. Moi, je préfère les petits trucs de rien du tout, de douze-treize minutes bruts, enfin, un peu nettoyés, et hop, les gens en font ce qu’il veulent. Moi j’aime bien le document de travail.

  • 08 Jacques Duez : le savoir et le vivant

    Rubrique GE n°03 - Le prof de morale Jacques Duez
    Le 22 mars 2010 par Emmanuel Massart

    C’est vrai qu’il y a des questions de savoir. Mais je pense qu’un gosse qui ne sait rien, il peut très bien, on peut très bien parler d’écologie avec lui. Parce qu’il a une expérience de la vie. Il sait ce qu’est une mouche. Donc, il a une expérience du vivant !