Verviers : carte de Hodimont
Projet « Hodimont en V.O. » par Des Images et Le CAP

(pointeur vers le haut pour revenir à la page)

Accueil du site / Geste cinématographique / Etats généraux du documentaire de Lussas 2008

Lussas 2008 marque une date importante pour Des Images. Le festival de documentaire français est connu pour être un lieu où l’on réfléchit au cinéma plutôt qu’un ensemble de marches à gravir jusqu’à recevoir le grand prix et les félicitations du jury. C’était la première fois que nous nous y rendions, avec en poche une accréditation et dans la tête, l’envie d’en découdre. Voir des films bien sûr mais surtout leur donner un mouvement plus large.

Cela ne voulait pas dire que Lussas représente une sorte de mode d’emploi réduit du monde - « Les films cette année sont hantés par la mort. Le monde ne va pas bien. Blablabla » - mais un lieu où confronter notre regard, nos questions. Bref, faire le point comme cela nous arrive de temps à autre. Et tant qu’à faire, puisque l’organisation nous donnait sa confiance, nous ne voulions pas faire les choses à moitié.

Un festival donc, deux regards. Lionel Ravira était présent toute la semaine et a pris des notes à la sortie des projections, s’attachant vaille que vaille à tenir son journal. Emmanuel Massart s’est accroché aux trois jours de séminaire « Formes de lutte et lutte des formes » animé par trois personnalités de poids : Jean-Louis Comolli, Marie-José Mondzain et Patrick Leboutte. Il en dresse un compte-rendu sans omettre, par à-coups, de partager réflexions et questions.

Enfin, le dernier soir du festival, nous avons pris un verre avec deux, trois personnes de « Sans canal fixe », collectif de cinéastes de Tours, ville comparable en taille à Liège. Une discussion micro en main que nous avons redécoupé et monté autour de la notion de collectif de cinéma. Un grand merci à eux pour ce beau final.

Sous-rubriques

  • Séminaire formes de lutte et lutte des formes

    Les états généraux du documentaire de Lussas constituent depuis 20 ans un lieu – un village de deux rues perdu dans les collines de l’Ardèche – et un moment – une semaine dans les dernières haleurs aoutiennes – essentiel pour saisir les enjeux et les questions posés par le documentaire en France et au-delà. Pour ces 20 ans, le festival avait convié pour un séminaire trois figures majeures de la réflexion (...)

  • Une semaine à Lussas

    Par le biais de ce petit carnet, nous vous proposons de vivre jour après jour l’ambiance lussassienne. Ce sera l’occasion de partager avec vous ce qui s’est joué au cœur des salles de cinéma mais aussi de se laisser aller à quelques impressions entourant les films à proprement parler.